Publié par Robert Loï

Les sanguinaires

Là, au pied des Sanguinaires
îlots de porphyres rouge sombre
où finit la terre des hommes
j'ai senti glisser mon ombre
dans le creux de ta main

 
Sur l'éclat irisant les eaux pourpres
 j'ai revu ces matins rouges
belle, de l'écume des nuits
tu laisser danser le monde
dans le creux de ma main


Là, au pied des Sanguinaires
recommence ou finit la vie d'un homme
dans le haut de tes cuisses
le creux de tes reins
le vide de ta bouche

 

 

 

Robert Loï © novembre 2007 - Tous droits réservés

 

Commenter cet article